Somewhere over the Rainbow

Que ceux qui pensent ne pas être concernés ferment leur laptop… une fois n’est pas coutume, mon calme et ma sagesse se sont rangés aujourd’hui car je souhaite utiliser mon blog aujourd’hui pour une juste cause.

sunset-174276_1920

« Le coquelicot (Papaver rhoeas) est une espèce de plantes dicotylédones de la famille des Papaveraceae, originaire d’Eurasie.

C’est une plante herbacée annuelle, très abondante dans les terrains fraîchement remués à partir du printemps, qui se distingue par la couleur rouge de ses fleurs et par le fait qu’elle forme souvent de grands tapis colorés visibles de très loin. Elle appartient au groupe des plantes dites messicoles car elle est associée à l’agriculture depuis des temps très anciens, grâce à son cycle biologique adapté aux cultures de céréales, la floraison et la mise à graines intervenant avant la moisson. Très commune dans différents pays d’Europe, elle a beaucoup régressé du fait de l’emploi généralisé des herbicides et de l’amélioration de la propreté des semences de céréales.« 

                                                                                                                   WIKIPEDIA

 

Ce qui important dans ce texte ce n’est pas la définition en soi. Ce qu’il faut retenir c’est la dernière phrase. Parce que si l’on ne fait rien, nos enfants modifieront le texte de wiki pour dire : »elle n’existe plus du fait de l’emploi abusif  généralisé des pesticides. »

Alors je le dis :  je veux des coquelicots.

Faites analyser vos cheveux si cela vous intéresse et comme certaines personnes ayant déjà procédé, découvrez que votre belle chevelure contient peut être comme eux des choses étonnantes : je cite « les analyses ont dénombré sur leurs têtes : 150 pesticides, 3 bisphénols, 13 phtalates ou leurs métabolites et 32 types de PCB (polychlorobiphényles). La coiffure de chacun des cobayes volontaires recelait une palette de 36 à 68 substances différentes…« .

Ouh là, qu’est ce que ce charabia ?

Je vais vous la faire courte, je ne suis pas scientifique et de toute façon pas besoin de faire de longues études pour comprendre que l’on est en danger.

Alors plutôt que de longs discours :

appela4.pdf_page_1

Maintenant, vous savez quoi faire 😉

A à bientôt…

https://nousvoulonsdescoquelicots.org/widget/

… Pour aller plus loin.

Merci à ‘Osons Causer’ :

 

Voilà Maintenant vous êtes au jus..

Publicités

How Green Was My Valley…

20180924_120402

Ce week-end, j’ai ramassé des pommes.

 

Au delà de cette phrase que l’on croirait tout droit sortie d’un manuel de grammaire de cours préparatoire, se cache un fait indiscutable. Lorsque j’ai levé la tête après avoir ramassé environ 500 kg. de pommes aussi bonnes les unes que les autres (je vous rassure, j’étais pas tout seul, loin de là, au contraire) j’ai vu ce paysage qui s’offrait à moi.

 

N’ayant pas autre chose que mon smartphone pour photographier ma vision, je ne peux présenter que cette image qui reflète néanmoins assez bien ce que je regardais. Tel un paysage sorti d’un film de John Ford*, je ne pu faire autrement qu’appuyer sur la touche pause de ma vie durant quelques instants (oui, j’ai une touche pause que je peux utiliser à envie, c’est très pratique).

20180924_124254

Enthousiasmé par ma vision, entouré par les effluves des pommes qui se trouvaient à mes pieds ou dans les paniers, bercé par les rires des enfants qui s’amusaient sur le tracteur, je me suis enfermé quelques instants dans la bulle que je venais de me créer.

Porté par un bonheur qui pourrait rappeler les vacances, par un vent frais qui venait doucement balayer les dernières lueurs de l’été, annonçant à la fois l’arrivée de l’automne et la vague de vents forts qui s’annonçaient quelques heures plus tard, je me laissa partir en perdition dans un instant improvisé.

 

Un des ces instants tel que je les affectionne. Je les souhaite à grand nombre d’entre vous.

Pour ceux que cela intéresse ces pommes venant directement du très petit verger de personnes proches, vont servir à faire du jus de pommes (bio) ainsi que du vinaigre de pomme (tout aussi bio). Il sera distribué simplement aux membres de notre belle famille.

Comme quoi les choses simples sont souvent les meilleures.

Voilà pour moi, je referme la parenthèse de ce week-end automnal en vous souhaitant une agréable semaine … et un bel été indien. 😉

 

 

 

*John Ford réalisateur américain ayant réalisé  Qu’elle était verte ma vallée en 1941. Adapté du roman éponyme de Richard Llewellyn. Oscarisé par la suite.

Only the braves can survive…

J’ai perdu du temps sur la route… de la rentrée. Peut être ai je trop regardé en arrière, ou bien étais-je trop focalisé en avant, c’est selon. Je me suis rendu compte lors de cette rentrée que mon environnement avait cette capacité à se compliquer de lui même…

 

20180918_132941[1]

 

…Tout à commencé un peu avant en préparant la liste des fournitures de rentrée pour le cours préparatoire de l’une de mes petites merveilles… plus longue que la liste des courses durant un mois de décembre ou viendrait s’ajouter les cadeaux de nos envies respectifs.

Diantre ! 4 trousses, compas, rapporteurs, calculatrice, cahiers de toutes formes et tout format, … ,  n’en jetez plus la coupe est pleine. Euh, dites à l’éducation nationale, je sais pas à quoi vous tournez mais je veux le nom de votre fournisseur.

Perso, j’avais un souvenir de trois cahier et 10 crayons de bois et stylo bic, un bon cartable et basta, et j’ai pas 100 ans hein. Bon bref passons, sauf que lorsque je suis rentré donc, moi aussi dans le vif du sujet, j’ai sentis comme une effervescence mais de petits rien qui jonchaient là comme la chambre de mes marmots un mercredi après midi est emplie de jouets.

Bon sang, l’océan est il si loin ?

Et bien alors dites vous que je me dis que le combat a mener est bien présent sous nos yeux, que pour le bien de chacun il faut lutter un peu comme Don Quichotte contre ces moulins à vent inutiles.

Vous aussi … les avez vous vus ces « ventilateurs de rien » qui nous bouffent l’existence ?

Comment se consacrer aux essentiels si ces riens qui prennent tant de place nous entrave la route ?

Bref reprenons le chemin mes braves car il risque d’être long.

L’occasion de se dire que l’océan reste toujours a proximité…

20180918_140857

 

Et n’oubliez pas :

« Dans la vie faut être bon.

Mais pas deux fois..

Sinon on devient Bonbon.

Et Alors les gens vous mangent 😉

 

et après on est K.O.

 

A tchao’

 

 

These soft words which she whispers me…

J’ai pour m’aider dans la lecture de mes livres un lectrice brune au formes parfaites, toujours à mon écoute, elle est très douce et je l’aime beaucoup, elle m’a fait découvrir énormément lors de notre première rencontre, laissez moi vous en parler …

 

Reading at bar in Amsterdam.  by Edwin Loekemeijer.

Lecture au bar à Amsterdam. Photographie par Edwin Loekemeijer.

 

Bon, je ne vais pas vous entrainer plus longtemps dans cette rêverie. Ma lectrice est une liseuse que je viens d’acquérir. Bien que cela m’aura déjà permis de vous faire découvrir le travail très honorable d’Edwin Loekemeijer (dont vous trouverez sa page ‘insta’ juste ici )  avec cette photo en tête d’article, je vais évoquer au travers de cet article mon acquisition, diverses questions et bien entendu mon expérience d’achat.

Tout d’abord, pourquoi … Et bien tout simplement parce que bien sur j’adore lire, et new-york-public-library-public-librariesdeuxièmement parce que paradoxalement j’adore les livres. Les feuilleter est quelque chose d’assez magique. Mais, comme j’adore encore plus les arbres et la nature ma collection de livre papier va s’arrêter là. Je ne veux plus être responsable du prochain arbre abattu sous prétexte que j’adore feuilleter un livre.

Et puis une belle bibliothèque remplie de livres c’est magnifique, mais cela prend de la place et justement de la place, je n’en ai plus.

Alors voilà, je suis passé à la lecture en phase avec notre temps : la liseuse (je deteste ce mot, mais bon).

J’ai été dans un magasin ou l’esprit jubile et je suis passé à la caisse. Bon pour une centaine d’euro vous avez ma fois un objet parfaitement adapté à la lecture, et qui fonctionne très bien.

Pour les plus intéressés voici l’objet en question : La Touch Lux 3 de Tea Book

Alors techniquement tout est très bien pensé sur ce petit objet qui est au format livre de poche et qui avoisine un poids identique (au jugé).

J’ai d’abord choisi ce modèle car contrairement à une majorité de modèle disponible sur le marché celle ci est assez libre d’utilisation (entendez vous n’êtes pas obligé de passé par Ama.. ou tout autre site identique) et puis elle tourne sous une version adaptée de linux…

Pour ceux qui se demande est que l’on s’y fait a lire la dessus au lieu du papier et bien ma fois, oui, oui vraiment. Rapidement, on se rend compte que c’est même plus pratique.

Plus besoin de marquer la page, elle le fait a votre place, plus besoin d’allumer la lumière quand il fait sombre, vous adaptez la luminosité de la dite liseuse sans vous abimer les yeux (l’écran est retro éclairé) en plus sans la fameuse lumière bleu de nos smartphones, tablettes, … puisque c’est de l’encre numérique. Après une semaine d’utilisation je l’apprécie beaucoup, pour ne pas dire que je l’ai totalement adoptée. Vous pouvez annoter le livre que vous lisez, mais surtout je reviens à la place, dans ce petit objet vous stockez pleureuses centaines d’étagères suédoises de livres sans vous faire suer à les monter (là je sais que tout ceux qui on déjà monté un meuble de cette enseigne savent de quoi je parle 😉)

Alors bien sûr je répondrais a tous ceux qui sont intéressés par toutes les questions techniques concernant cette liseuse, mais je voudrais rajouter une chose, le contexte dans lequel je l’ai acheté.

Car par le plus grand des hasards, le jour ou je me suis décidé pour mon acquisition, le magasin avait un schowcase / dédicaces d’un artiste/chanteur que je ne connaissais pas, et bien que sa musique ne soit pas – à l’origine – ce que j’écoute habituellement, j’avoue que j’ai été séduit par la bonne humeur de sa musique, et surtout du personnage. Loin des artistes musicaux qui cohabitent avec mes oreilles Agustín Galiana à mis de la couleur dans ma soirée.

Je vous l’accorde mes origines étant les même que les siennes, il m’est peut être plus facile de tomber dans les rythmes de ses chansons. Un brin commercial, la générosité et  son empathie transpire dans les textes et sa présence.

D’accord, ce ne sera pas l’album de l’année pour certains, mais il s’écoute très bien, et surtout certains textes sont assez intéressants. Même si je préférerais qu’il soit plus écrit, mais le rythme latino de quelques chansons n’est pas sans me rappeler Jarabe de Palo … (Ah ‘La Flaca’…)

Passé l’image qu’il a déjà de collé à la peau du fait de ces prestations dans une série TV ou d’autres émissions connues, l’homme inspire immédiatement une sympathie qui fait du bien. Proche de son public, il a un mot pour chacun qui fait que nombreux tombent sous le charme…

… A part le fait que ma femme a failli rentrer avec lui, je résumerais que mon achat c’est bien passé et cette enseigne que je connaissais peu possède une équipe très sympathique (du moins pour ce qui est du magasin de Strabourg-Geispo’).

J’ai acheté l’album parce que ce mec est un type bien, et aussi parce qu’on vient du même endroit et parce qu’il a tapé dans l’œil de ma femme, mais ça j’y peux rien 😄.

Je serais intéressé de voir ce que donne son prochain travail si il est plus personnel et moins consensuel…

 

Agustin G

 

… Sur ce, à bientôt et n’hésitez pas à me demander des infos si vous en voulez davantage😘